LES MAÎTRES DU GOJU-RYU

Maître Myagi fondateur du karaté Guju Ryu !

LES MAITRES DU GOJU-RYU

 

CHOJUN MYAGI 1888  - 1953

Le karaté Goju-Ryu a été fondé à proprement parlé par Chojun MIYAGI en 1920. Maître Miyagi est né le 25 avril 1888 dans la ville de Naha à Okinawa au sein d'une famille de riches commercants. A l'âge de trois ans, il fut adopté par son oncle qui en fit son héritier. Le prénom de Chojun fut choisi par un vieil ami intime de son grand-père.

Ses parents adoptifs, déjà d'un âge avancé, avaient un commerce d'importation de médicaments de Chine et étaient les fournisseurs de la famille royale ainsi que de toutes les familles nobles de l'île. Cela lui permettra plus tard de se consacrer entièrement à l'étude et au développement du karaté d'Okinawa sans le moindre souci d'ordre matériel.

Au moment où il rentra au lycée, il commenca donc à étudier l'art martial sous la direction de Kanryo Higaonna, le fondateur du Naha-Te. Maître Chojun s'entraîna avec une extrême assiduité et fut l'un des rares disciples laissés par Higaonna. A la mort du Maître en 1915, il reprit la tête de l'école et jeta cinq ans plus tard les bases du Goju. En 1921, le Price Héritier Hiro Hito fit escale à Okinawa et une démonstration d'arts martiaux fut organisée pour l'occasion au château de Shuri.

Tous les Maîtres du Naha-Te y participèrent. Chojun Miyagi faisait partie des karatékas présents. Il sentit que l'art d'Okinawa pouvait déborder l'île et intéresser l'Empire du Soleil levant. Cette même année, il avait rencontré Maître Jigoro Kano, le fondateur du Judo, qui, en 1921 avait déjà invité Gishin Funakoshi (le fondateur du Shotokan) à venir faire des démonstrations au Kobokan (Japon). Maître Kano fut séduit par la pratique de Chojun Miyagi et fit plusieures visites sur l'île d'Okinawa.

Chojun Miyagi se mit alors à vouloir implanter le Naha-Te au Japon et à le faire reconnaître comme étant une discipline "Budo" au même titre que le Judo ou le Kendo. Il rejoigna alors le projet que Gishin Funakoshi développait depuis 1922 sans trop de réussite. Afin de travailler à cet objectif, Funakoshi avait déjà même japonisé le "Naha-te" pour le faire appeller "Karaté", ce qui sonnait beaucoup plus japonais.

En 1928, Chojun Miyagi se rendit donc à Kyoto pour y prospecter d'étendre le "Karaté" en région centrale du Japon. Il y effectua de nombreuses démonstrations, notamment dans les universités. Mais devant l'accueil très réservé du public, il comprit que la démarche de Gishin Funakoshi et la sienne ne seraient pas fort aisées vu le caractére hermétique de la culture martiale japonaise.

La reconnaissance du karaté comme étant une discipline "Bushido" ne dépendait, en fait, que de l'acceptation du Dai Nippon Butokukai, organisme d'Etat japonais créé dans le but de contrôler tous les arts martiaux du pays. Le gouvernement militariste japonais avait réuni à l'époque dans cet organisme tous les plus grands Maîtres des différentes disciplines du pays.

Il attendait d'eux la formation des pratiquants au seuil esprit "Bushido" et à cet esprit seulement. En 1929, le Dai Nippon Butokukai organisa une grande démonstration d'arts martiaux afin de célébrer l'avènement de l'Empereur Showa. Chojun Miyagi chargea un de ses meilleurs élèves, Jinan Shinzato, de le remplacer.

Lors de cet événement, les Maîtres japonais très intéressés avaient demandé à Shinzato comment se nommait le nom de son école de Karaté. ce dernier répondit : Anko-Ryu, ce qui signifie l'école "semi-dure". Lorsqu'il retourna à Okinawa, il raconta cette histoire à Chojun Miyagi qui, fort amusé, décida d'appeller son style le GOJU-RYU. L'école du DUR (Go) et du SOUPLE (Ju) était née.

En 1933, Chojun Miyagi fut convié à faire une démonstration au palais du Butokuden, le haut lieu du Dai Nippon Butokukai, devant tous les Maîtres présidant aux destinées de l'art Budo. Tous avaient déjà assisté à des démonstrations de karaté présentées par Gishin Funakoshi, qui n'avaient malheureusement pas engrangé de résultats très probants.

En 1935, il se présenta pour l'examen officiel de Maître Bushido devant ces mêmes autorités du Dai Nippon Butokukai. C'était la première fois qu'un Maître de karaté faisait cette démarche. Il obtint le titre de Kyoshi, le plus haut titre qui ne sera jamais donné à l'époque à aucun Maître de Karaté présentant cet examen.

Maître Miyagi parlait pendant des heures des origines chinoises du karaté, de ses liens avec le boudhisme, mais aussi de l'enracinement du karaté dans la culture d'Okinawa. Il comparait le Gojju-Ryu à un Saule pleureur : " Quand le vent soufle avec violence, les branches volent dans tous les sens, mais demeurent intactes, tandis que le tronc, bien planté dans le sol, résiste".

GOGEN YAMAGUCHI (Kanso) 1909 -1989

Gogen Yamaguchi est né le 20 janvier 1909, dans la ville de Kagoshima à Kyushu. Á l'école, il pratiquait le kendo et commença son étude du karaté avec Maître Maruta, un menuisier de Okinawa. Ce Maître, pratiquant de Goju, fut séduit par l'attitude sérieuse de Yamaguchi et son goût pour l'épreuve physique.

Il lui apprit tout ce qu'il savait du système Goju, et Yamaguchi établit son premier club de karaté à l'Université Ritsumeikan à Kyoto, tout en poursuivant ses études de droit. Très rapidement, son dojo devint célèbre dans la ville entière pour son entraînement difficile et ses exercices de respiration intensifs. A cette époque, les karateka pratiquaient seulement des kata et du yakusoku kumite (combat chorégraphiques) et ne pouvaient pas faire de combats libres car leurs techniques étaient trop dangereuses.

Yamaguchi eut alors l’idée de libérer cette pratique et ébaucha les premières étapes de ce que nous connaissons aujourd'hui comme étant le jiyu kumite (combat libre). Il établit des règlements précis pour codifier les confrontations. Plusieurs de ces règlements sont encore aujourd’hui en vigueur dans le karaté de compétition.

En 1931, Gogen Yamaguchi rencontra le fondateur du style Goju, le Maître Chojun Miyagi. Cette rencontre eut l’effet d’un profond boulversement dans les convictions de Yamaguchi sur son karaté. Yamaguchi avait seulement considéré jusqu'à l'heure le côté dur du Goju. Après avoir rencontré le Maître Miyagi, il commença à chercher des sensations, autant spirituellement que physiquement. Maître Miyagi fut impressionné par Yamaguchi qui semblait maîtriser l'aspect dur de Goju et le surnomma Gogen (ce qui voulait dire "Brut").

Miyagi nomma Gogen Yamaguchi comme son successeur pour les écoles de Goju au Japon.

Les années 1935 à 1945 furent marquées par le conflit russo-japonais, puis par la seconde guerre mondiale. Yamaguchi fut emprisonné en Mongolie, pendant deux ans.
Lors de son retour au Japon, Yamaguchi devint l'un des personnages les plus fascinants de l'histoire du karaté. Ses mouvements rapides et gracieux mais aussi sa position de combat préférée, Neko Ashi Dachi, lui valurent le surnom de “chat”.

Les contributions du Maître Yamaguchi au système Goju et au karaté en général sont considérables. Sous sa direction, l’International Karate-Do Goju-Kai Association (I.K.G.A) a vu le jour. Yamaguchi a, de même, introduit les Kata Taikyoku au système Goju afin de préparer ses nouveaux étudiants à aborder les kata plus avancés.

Il a également combiné karaté et pratiques spirituelles en incorporant le Yoga et le Shinto dans le Goju. Il pensait que corps et esprit ont une relation mutuelle qu'il nous est possible d'explorer grâce à des exercices de respiration et de concentration. C'est pour cette raison que le système Goju présente plusieurs techniques de respiration appelées ibuki.

Yamaguchi est un des seul hommes a avoir affecté si profondément le développement et l'épanouissement du karate-Do. Maître du Yoga et prêtre du Shinto, Yamaguchi a réussi à unifier le go et le ju.

Maître Gogen Yamaguchi, 10e Dan, peut être considéré comme étant une véritable légende du karaté

Shojo UJITA (Hanshi)1917 -1989

Shojo Ujita est né en 1917 dans la ville de Wakayama.

Ujita Shozo Hanshi fut dès 1941 un des Shihan principaux pendant les premières années du club de Gojuryu Karatedo de l'université de Ritsumeikan.

Il obtint son diplôme à l'université de Ritsumeikan en Juin 1942, en pleine guerre mondiale. Shojo Ujita étudia également avec Chojun Miyagi pendant une courte période.

En 1946, il ouvrit son fameux dojo Kenbukan à Wakayama, ville dont il sera le maire pendant 20 ans. Il a également été Président de la JKF pendant de longues années.

Il mourut en 1989.

 

Osamu HIRANO (Saïko Shihan)1939 - ...

Shihan Hirano s'entraîna au début de sa carrière en 1953 avec Maître Syozo Ujita puis dès 1963 sous la responsabilité de Maître Gogen Yamaguchi.

Il multiplia les titres de champions entre 1965 et 1969. Il est aujourd'hui 8 Dan JKF et Président de la Fédération mondiale de Karaté Goju-Ryu KuYuKai.

Ali AZIZI (Renshi)1971 - ...

Maître Azizi est né en 1971 en Iran. Il débuta le karaté à l’âge de 10 ans mais se tourna rapidement vers le Goju Ryu dès 1984.

Il suivit entre autres l'enseignement de Goshi YAMAGUCHI (Shihan) et Ali Akbar Mohammadi BAGHA (Shihan).

En mars 2000, il se vit attribuer le grade de Yondan (4ième Dan) des mains de Goshi Yamaguchi lui-même.

Il débuta l’enseignement du Goju en Communauté française de Belgique en octobre 2000.

Il reçut sa 5ième Dan des mains de Shihan Hirano (8 Dan JKF) fin 2005.

Il est, à ce jour, le plus haut gradé de Goju existant et pratiquant sur le territoire belge, et actuellement le Président de la Belgian Goju-Ryu Karate-Do Organization et Président de la Belgium Goju-Ryu Karatedo KuYuKai.

Il est également diplômé ADEPS, arbitre international et président de la commission d'arbitrage FFKAMA Belgique depuis 2011.

Actuellement Renshi Ali AZIZI est 6e Dan FFKAMA,NGKKI, et Juge Mondial Kata, Kumité. Il est le seul belge, juge mondial kata et kumite

 

Je suis heureuse et fière d’être l’élève de Renshi Ali Azizi et d’être entourée de ses élèves.

VIRGI : virgialex@skynet.be